Dans le cadre des activités du centenaire tracées par le Comité scientifique de coordination institué par le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) et à l’occasion de la 22ème édition du Salon international du Livre d’Alger (SILA), se tiendra les 3,4 et 5 Novembre 2017 à la salle « Dar El Djazair », sise aux Pins Maritimes SAFEX-Alger, un premier colloque international placé sous la responsabilité scientifique de deux universitaires, anciens collaborateurs de Mouloud MAMMERI ;Youssef NACIB et Malha BENBRAHIM.

Objectifs du colloque :

Mouloud MAMMERI est né en 1917, l’année 2017 marque donc un centenaire qui, dans l’univers des lettres et de la recherche anthropologique et linguistique, ne peut passer inaperçu.

Organisateur de ce centenaire, le Haut Commissariat à l’Amazighité, qui veille à la promotion et à l’encouragement de la langue et de la culture amazighes, compte clôturer l’évènement par un colloque international sur Mouloud MAMMERI.

Cette manifestation scientifique va se pencher sur l’homme, son parcours intellectuel et toute son oeuvre. Elle va, d’une part, montrer en quoi Mouloud MAMMERI fut un éclaireur lucide et un visionnaire qui a largement contribué, ne fût-ce que par la prise de conscience qu’il a suscitée, à sortir Tamazight du tunnel. D’autre part, elle va expliquer comment il a choisi, au détriment de sa propre carrière, de servir la culture ancestrale de son pays d’autant plus menacée qu’elle était fragilisée par son oralité et ce.
Les oeuvres littéraires majeures de Mouloud MAMMERI sont au nombre de cinq : la colline oubliée, le sommeil du juste, l’opium et le bâton, la traversée et le foehn. Les nombreuses nouvelles publiées dans différentes revues depuis la décennie quarante contribuent à révéler le talent de l’écrivain et constituent un tout avec les autres romans et pièce de théâtre cités.

Quant aux travaux scientifiques de MAMMERI, ils se partagent entre les ouvrages anthropologiques consacrés essentiellement à la littérature orale kabyle et saharienne et les travaux linguistiques, grammaire amazighe (Tajerrumt), Amawal et dictionnaire français-targui réalisé avec J.M Cortade principalement. S’ajoute à ces publications une série d’études scientifiques, d’articles de presse, de conférences, d’interviews et de préfaces. Il y a enfin les dialogues et échanges académiques avec des chercheurs de renom à l'instar de Pierre Bourdieu et tous les travaux scientifiques qui ont été réalisés sur MAMMERI, sa pensée et ses écrits.

Ce qui constitue le dénominateur commun entre l’homme, l’écrivain et le scientifique peut se résumer en un mot : un Combat. MAMMERI était hanté par le spectre du génocide culturel de par le monde et il en a donné l’exemple historique avec « la mort absurde des Aztèques ».

MAMMERI a retenu la scripturalité comme moyen de conservation et diffusion du savoir (Tamusni). A travers ses différents travaux sur la langue et la littérature orale, il a sauvé de l’oubli et de la disparition des pans entiers de la culture amazighe dans ses variantes nord africaines et a dégagé les règles linguistiques, syntaxiques communes à la langue amazighe malgré le morcellement historico-géographique dont elle a été victime. En cela, il a ouvert un chantier majeur, celui d'une oeuvre inlassable orientée vers l'extinction progressive de l'insularité linguistique qui marque la langue amazighe et donc le rapprochement annonciateur d'une réunification de la parole affectant le Maghreb. Les locuteurs amazighophones ont eu tendance historiquement à protéger leur langue par un retrait stratégique dans des espaces montagneux ou désertiques inaccessibles aux incursions allogènes.

Dans la dialectique relationnelle oral/écrit, Mammeri analyse l’immanence de la pérennité et de la résistance de la culture amazighe et pose la question de la nécessité pour une culture, une langue de passer par la scripturalité pour demeurer vivantes ? En tant que directeur du CRAPE (1969-1979) et fondateur du CERAM et de la Revue Awal
(1982-1989), qui a mis des moyens méthodologiques et des concepts au service la culture amazighe, Mammeri a fondé une école algérienne d’anthropologie qui a formé des générations de chercheurs et d’étudiants qui ont suivi ses enseignements dans des cadres à la fois institutionnels et non institutionnels. On retrouve l’amusnaw qui veille sur le savoir endogène, le transmet et le scientifique académicien qui fait traverser au savoir les frontières locales et nationales.

Afin d’essayer de couvrir la richesse et la polyvalence de l’oeuvre de Mammeri, nous lançons un appel à tous les spécialistes (littérature, histoire, anthropologie et linguistique), chercheurs, universitaires, écrivains et témoins exerçant en Algérie et/ou à l’étranger pour prendre part à ce grand carrefour scientifique qu’abritera la salle des conférences « Dar El Djazaïr », sise à la SAFEX Pins Maritimes d’Alger les 3,4 et 5 Novembre 2017.

A cet appel est joint le schéma d’organisation scientifique des travaux incluant les axes et sousaxes de réflexion dans lesquels les participants pourront inscrire le sujet de leurs communications.

Axes et thématiques :

Axe 01 : « Du local à l’universel, signification de l’anthropologie participante : Mammeri un cas d’école»

  • Rupture avec l’ethnologie et les études berbères coloniales
  • Les langues et cultures orales africaines à l’heure de la mondialisation et du numérique.
  • De la transcription à la naissance de la pensée écrite universelle.
  • L’intellectuel et l’universitaire humaniste face aux politiques dogmatistes.

Axe 02: « Au coeur de l’oeuvre littéraire mamérienne »

  • La traversée géographique et historique dans l’oeuvre littéraire de Mammeri.
  • Le rapport dialectique entre la formation aux humanités classiques et l’écriture littéraire.
  • L’écrivain « indigène » et sa relation à la langue de l’autre.
  • Asefru et Awal : la voix d’une culture étouffée.

Axe 3 : « L’oeuvre linguistique amazighe de Mammeri, des parlers éclatés à une langue de civilisation»

  • Enseignement de tamazight à l’université : d’un enseignement toléré et informel à un enseignement officiel.
  • Groupe Amawal : de la lexicologie au bon usage des néologismes.
  • Dictionnaires, une oeuvre qui a prospéré : des dictionnaires généralistes aux dictionnaires spécialisés.
  • De Tajerrumt aux nouvelles techniques linguistiques et technologies au service de la langue amazighe.

Calendrier

Date limite de soumission de communication : 31 mai 2017 à l’adresse e-mail suivante :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Réponse du comité scientifique aux auteurs, fin juin, début juillet 2017.

Publication des communications :

Les résumés des communications acceptées seront accessibles en ligne sur le site du colloque, et publiés dans un volume qui sera remis à chaque participant à l’ouverture du colloque.

Par ailleurs, nous envisageons de publier une synthèse scientifique du colloque et l’ensemble des communications, sous forme d’ouvrage collectif.

Comité d’organisation du colloque

  • Si El Hachemi ASSAD, Secrétaire Général du HCA
  • Abdenour HADJ-SAID, Directeur de la Promotion Culturelle, HCA
  • Tahar BOUKHENOUFA, Traducteur- Interprète, HCA
  • Youssef NACIB, universitaire (PU)
  • Malha BENBRAHIM, universitaire (MC)
Conception et Hébergement : kdconcept