Évoquer Mouloud Mammeri aujourd’hui est un profond ressourcement aux racines du  patrimoine amazigh qu’il  incarne lui-même pour l’avoir exhumé et ressuscité d’un oubli périlleux d’un long naufrage sur les rives de l’amnésie dévastatrice.

 

Intellectuel, romancier de renom, anthropologue de grande notoriété, linguiste, grammairien, poète viscéralement attaché à la culture d’ancestralité, il a accompli et légué une œuvre colossale et féconde de savoir et d’érudition  d’universalité .

 

Sa création  littéraire, romanesque et cinématographique, la Colline oubliée, l’Opium et le bâton entre autres, ses pièces de théâtre le Foehn, le Banquet s’alignent ainsi esthétiquement et avec éclat dans cette anthologie de célébrité culturelle

 

Démocrate impénitent,humaniste de foi et pétri de valeurs civilisationnelles, d’algérianité , il s’est pleinement investi pour l’exhumation anthropologique d’un patrimoineà travers ses savants travaux de recherche scientifique menés dans toutes les contrées du territoire national chargées d’histoire et de vestiges plurimillénaires.

 

Les Issefra de Si Mohand Ou M’hand l’aède lumineux du siècle et les versifications scintillantes de poésie du prestigieux Cheikh Mohand Oul Hocine constituent à cet effet sa synthèse encyclopédique de philosophie, et de littérature d’oralité.

 

Président de la première Union des écrivains Algériens de l’indépendance  entouré de Jean Senac, Moufdi Zakaria, KaddourM’hamsadji, Mourad Bourboune, Mohamed Laid Khelifa, Malek Haddad, Kateb Yacine pour ne citer que ceux là, il a su avec la contribution de ces derniers projeté le raffinement esthétique de la littérature algérienne à l’étranger.

 

Il s’est ensuite consacré pendant de longues années à l’enseignement de la langue, tamazight à la faculté d’Alger, cursus académique  très suivi à l’époque par des étudiants devenus plus tard des références intellectuelles en redoublant d’efforts pour la promotion du patrimoine linguistique et de sa transcription vitale, ceci jusqu’à sa terrible disparition accidentelle au retour d’un séminaire scientifique qui a eu lieu au Maroc où il était l’invité de marque des institutions universitaires et de recherches de ce pays.

 

Un exemple d’abnégation et de persévérance exceptionnels qui ont été la matrice philosophique salutaire de l’éminent et laborieux Mouloud Mammeri symbole de pérennité culturelle pour avoir légué aux générations futures un socle patrimonial fertile à perpétuer et à essaimer  à travers  les cycles des âges et des temps            

 

Son amour pour sa patrie et son nationalisme d’engagement s’est révélé par la rédaction de l’historique déclaration de l’Algérie combattante  prononcée à l’ONU par la délégation algérienne et dont il a été l’auteur sollicité en la circonstance par le regretté M’hamed Yazid Ministre de l’Information du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne -GPRA.

 

Enfin en penseur éclairé et en pédagogue averti, Mouloud Mammeri a su avec perspicacité se frayer une voie salvatrice d’actions d’éveil culturel dans un contexte tumultueux, réfractaire et hostile à toute initiative  de réappropriation de l’univers patrimonial d’ancestralité.

 

En visionnaire fondamentalement  conscient de la particularité déterminante de sa mission de destin,il a surmonté l’adversité et contourné les multiples écueils pour atteindre l’objectif déterminant, lié à la sauvegarde d’un legs générationnel précieux :

 

Reconstituer le patrimoine des aïeux en vivifier la langue et transmettre ce fabuleux trésor à la jeunesse qui sera le dépositaire légitime pour son enrichissement et sa préservation.

 

Ainsi Mouloud Mammeri est inscrit en lettres d’or au panthéon de la culture algérienne, pour demeurer à jamais un modèle de résistance,d’endurance  et de compétence scientifique universelle qui a immortalisé une œuvre grandiose de résurrection existentielle d’un patrimoine phare serti d’une richesse incommensurable      pour l’épanouissement et le rayonnement d’une culture authentique d’algérianité.

 

Enfin un acte de mémoire empreint de reconnaissance, de gratitude et d’émotion chaleureusement accompli et célébré à Tlemcen Capitale civilisationnelle du Maghreb central du 13 au 16 siècle en ce Centenaire historique consacré au repère du savoir Mouloud Mammeri et ce grâce aux efforts soutenus et inlassables du Haut-commissariat a l’Amazighité  -HCA orientés par une démarche de sagacité pédagogiquement motivante et rationnelle de son Secrétaire Général     Si El Hachemi ASSAD            

 

                                                           Lounis Ait Aoudia

                                                                   Président de l’Association des amis de la rampe 

                                                              LOUNI Arezki CASBAH

Adresse
19, Avenue Mustapha El Ouali (Ex. Claude Debussy)
Alger, Algérie.
Tél.
023.49.06.99 / 023.49.06.96
Fax
023.49.06.84
Site Web
www.hca-dz.org
E-mail
contact[at]hca-dz.org

Conception et Hébergement : kdconcept